Des altercations laissent penser à une probable pénurie de thé Darjeeling 

Le 7 aout 2017

D’abord qu’est-ce que le thé Darjeeling ?

Considéré par tous comme un des meilleurs thés de tous les temps, les connaisseurs les plus aguerris l’appel et à juste titre  Le champagne des Thés noirs. Il est d’ailleurs dans les pays britanniques et de l’ancien empire britannique très prisé.

En effet il procure, lorsqu’il est préparé correctement et avec attention, un corps des plus légers possibles ainsi qu’une couleur très pâle. Son arôme très pur laisse transparaitre une certaine amertume au travers des grosses notes fleuries caractéristiques de cette région. Les plus fines bouches y retrouveront même des touches de muscat.

Vous pourrez également de plus en plus de thé vert ainsi que d’oolong provenant de cette partie du monde. Ils sont disponibles ici sur notre site. 

Thés Darjeeling

Comme tous les grands crus, la contrefaçon n’est jamais loin. En effet les estimations de tonnes vendues excèdent les 40 000 tonnes chaque année. Alors que dans le même temps la production annuelle des jardins parvient à atteindre les 11 000 tonnes les meilleures années. Pour contrecarrer cela le logo ainsi que la marque Darjeeling ont été créé. En 2012 elle a été reconnue officiellement par l’Union Européenne.  

 

L’origine des tensions

Les Gorkhas, une partie de la population d’origine népalaise à laquelle appartienne presque l’ensemble des ouvriers des plantations, sont en conflit avec le gouvernement du Bengale Occidental. Ils réclament l’indépendance de leur région au profit d’un état le « Gorkahland ». Ils accusent la population bengalaise d’avoir imposé leur culture et leur langue ainsi que d’exploiter leurs ressources pour le compte du Bengale.

C’est une récente décision des autorités de rendre obligatoire la langue du Bengale dans les écoles du Darjeeling, cette petite contrée se trouvant dans les vallées de la parte Indienne de l’Himalaya indienne. Entrainant donc des affrontements entre les résistants et la police locale, des incendies criminels et des blocages sont apparus. Des écoles ont dû fermer ainsi que des entreprises.

Ces blocages se sont très fortement répercutés sur les plantations de thés. Certaines sont parties en fumée suite des incendies, d’autres totalement inutilisables. En effet les plantations de théier ont besoin d’être régulièrement irrigués, désherbés et élagués pour des pousses optimales. Pour revenir à la normale il faudra des semaines, des mois voire des années pour certaines des plantations les plus touchées.

Pour donner une idée de l’ampleur des dommages l’instance  de régulation du gouvernement indien, Tea Board India parle de 140 000 kilogrammes de thé produit sur le mois de juin contre 1.33 millions de kilos l’année passée sur le même mois.

Selon les experts du milieu les prix du Darjeeling pourront augmenter jusqu’à 20% et laisser la place à des thés concurrents pour se faire une place parmi l’élite du thé mondial.